L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon est situé à une vingtaine de kilomètres de la péninsule de Burin, près de la côte sud de Terre-Neuve (Canada). Il est constitué de 3 îles principales; Saint-Pierre (26 km²), Miquelon (110 km²) et Langlade (91 km²). Miquelon et Langlade sont reliées par un isthme de sable de 12 km de long.

L’isthme de Miquelon-Langlade

Cette bande de sable qui unit Langlade à Miquelon est, aux dires des scientifiques, le plus spectaculaire de l’Atlantique Nord. Il s’est formé depuis la dernière glaciation. Un chenal séparait encore Miquelon de Langlade vers la fin du 18e siècle. Les navires qui empruntaient cette voie s’y sont échoués et ont certainement contribué à sa fermeture totale, d’où la légende qui veut que l’Isthme ait été créé par les centaines de naufrages qui ont eu lieu dans cette région, ce qui est bien sûr exagéré !

Isthme de Miquelon-Langlade

Divisé en deux dans sa partie Nord, il abrite la lagune salée du Grand Barachois, site écologique d’importance régionale. Il abrite deux espèces de phoques, le Phoque commun, présent toute l’année, et le phoque gris, migrateur. Cette lagune est bordée dans sa partie Ouest par des dunes de sables fixées, assez spectaculaires, appelées localement « buttereaux » où l’on rencontre de nombreux chevaux en liberté. Le Grand Barachois et les marais avoisinants sont d’un intérêt ornithologique important pour la reproduction, les migrations et l’hivernage de nombreuses espèces : Canards, Sternes, Limicoles (oiseaux de rivage) etc.

Les phoques dans la Grand Barachois

Les phoques sur les bancs du Grand Barachois

les buttereaux
Les chevaux dans les Buttereaux Oiseau, dans le Grand Barachois


L’île de Miquelon-Langlade

L'Isthme de Miquelon-Langlade, vue de Langlade


Sur un si petit territoire, environ 250 km², les paysages sont forts variés, reflétant une géologie complexe ; en résumé, Langlade est en grande partie sédimentaire, Miquelon est d’origine volcanique alors que le Cap, situé près du village est métamorphique. A Miquelon, les côtes sont basses et accessibles pour de longues marches calmes et agréables, alors que la plupart des côtes de Langlade et du Cap de Miquelon sont constituées de belles falaises. Les vallées et les endroits abrités sont boisés, alors que les terrains plats sont envahis d’étangs et d’immenses tourbières où l’on trouve nos plus belles orchidées. Les collines dont la plus haute n’atteint que 240 mètres vous donneront l’impression de vous balader à 2 ou 3 000 mètres d’altitude sous des cieux plus cléments. La mer omniprésente ajoute une dimension supplémentaire à l’archipel, tour à tour, calme et furieuse, elle fait partie de la vie locale puisque on ne peut s’en éloigner de plus de 5 km ! Miquelon et Langlade, pour les amoureux de la Nature et du style de vie à la française, mérite certainement mieux qu’un seul jour de visite.

Falaises de Langlade

Nord du Cap de Miquelon La mer est omniprésente


Le village de Miquelon, origine de la population

Les Acadiens s’y sont installés en 1763 (après le grand dérangement de 1755), principalement pour l’agriculture tandis que les Basques, Bretons et Normands y sont venus pour la pêche à la morue.


Le village de Miquelon est situé dans la partie nord de l’île et compte environ 700 habitants.


Port de Miquelon, vu su Cap

Village de Miquelon sous la neige


Visionnez l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon sur Google Maps, un outil de Google permettant de voir la carte du monde à partir d’images satellite.

2 réponses à to “Miquelon-Langlade”

  • bonnieul jean claude:

    de tres belles photos merci continuer à nous en mettre

  • michel jaccachury:

    Je pense que certain st pierrais sont comme moi ne connaissent pas
    la richesse de leur ARCHIPEL,et ont tout à découvrir. Félicitation.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

photo de miquelon
Visiteurs
Visites aujourd'hui : 44
Livraison de la morue à Miquelon
Partenaires